StandUp4Elephants

Présentation de StandUp4Elephants                                                                 

StandUp4Elephants (SU4E) est une association née en 2017 dont la mission principale est d’améliorer les conditions de vie des éléphants d’Asie captifs au Népal et, à long terme, les réinstaller dans un état de semi-liberté.
Les éléphants sont quotidiennement utilisés pour les “jungle rides”, promenades de touristes à dos d’éléphants. Ils sont amenés à sortir des touristes parfois jusqu’à 5 fois par jour, devant porter sur leur dos tout l’équipement nécessaire à accueillir les touristes (parfois jusqu’à 7 personnes) en plus du poids de ces derniers.

Au Népal, on recense environ 250 éléphants captifs dont la moitié sont détenus par des hôtels privés ou de riches particuliers. Ceux-ci paient des mahouts (cornacs) une misère pour s’occuper des éléphants au quotidien et ne se soucient pas du bien-être des animaux utilisés.

 

Genèse du projet StandUp4Elephants

Depuis 2013, Floriane Blot passe tous ses hivers au Népal pour aider les éléphants captifs. Durant sa première année, son travail consiste, pendant 3 mois, presque 24h/24, en l’entrainement avec les mahouts. Cette expérience lui permet de comprendre exactement la situation des éléphants dans le pays. Comme tout « occidentaux », elle avait un avis préconçu sur ce qu’il se passait en Asie en regardant des vidéos tournant sur le net, elle comprend finalement que c’est bien plus compliqué que ce qui n’y parait : les éléphants souffrent énormément, mais la plupart du temps par ignorance. Utilisés comme des bêtes de travail, le bien-être animal est loin d’être une priorité. 

Au cours de son second séjour, Floriane créait une petite association de loi 1901 via laquelle elle peut prodiguer des soins et du parage. Elle débute également un travail de sensibilisation sur le sort des éléphants utilisés dans le tourisme au Népal. 

En 2017, sa rencontre avec Annik Lambert et Michael Bailey marque le commencement d’un engagement plus profond.
Annik Lambert vient au Népal depuis 1998, surtout dans le nord où elle aide des enfants. Passionnée d’animaux, elle se rend un jour dans le sud du pays où elle rencontre ses premiers éléphants. Très touchée par cette rencontre, elle lance à titre personnel une récolte de fond pour les aider !

Floriane et Annick décident alors de s’associer pour former l’association (organisation à but non lucratif) : StandUp4Elephants.
Michael rejoint le duo peu de temps après et devient un membre à part entière de SU4E.
 

Les objectifs 

L’objectif principal de SU4E est d’améliorer les conditions de vie des éléphants captifs.

Pour cela, l’association utilise une approche progressiste et éthiquement responsable, mais aussi l'écotourisme comme plate-forme pour sensibiliser et éduquer le public concernant le sort de l'éléphant asiatique.
Les actions incluent donc les mahouts qui comptent parmi les plus pauvres de la société népalaise et pour lesquels SU4E s’efforce d’améliorer les conditions de vie aussi bien financièrement que par le partage des connaissances. En effet, malheureusement, une grande partie de leurs connaissances traditionnelles sur les soins aux éléphants a été perdue avec le temps.
 
Un autre objectif de l’association est la construction d'un «refuge» où les éléphants pourront être gardés dans les meilleures conditions possibles, déchaînés, bien nourris et bien soignés, tout en restant propriété de leurs propriétaires actuels (pour cela, des parcelles de terrain doivent être louées ou achetées et des corrals doivent être construits).


     

 

SU4E se bat également pour promouvoir une alternative aux ballades à dos d’éléphants. En effet, cette activité est prisée par les touristes. L’objectif est de remplacer progressivement ces «manèges» par des «promenades» d'éléphants. Cela a été initié avec le lancement du projet «Happy Hour Elephant». Ce programme propose des promenades avec les éléphants plutôt qu’une promenade sur les éléphants ; les touristes accompagnent et observent les éléphants laissés libres de choisir ce qu'ils aiment faire, se promener et se nourrir dans la jungle, se baigner, se rouler dans la boue, se gratter, ...

 

     

 

De la même façon, SU4E vise à changer progressivement le «hard training» infligé aux éléphanteaux (entrainement dans le but de les faire se soumettre avant de pouvoir être utilisés pour les activités touristiques) et à le remplacer par une méthode plus humaine appelée «soft training».

A plus long terme, et sous réserve du soutien des autorités népalaises, l’objectif est de réinstaller ces éléphants captifs dans un grand parc national où ils bénéficieraient d'un état de semi-liberté, selon leur niveau d'autonomie et d’apporter aux mahouts et propriétaires d’autres sources de revenus que les rides à dos d’éléphant.

SU4E espère qu'en travaillant directement avec les gens de la communauté, elle sera en mesure d'initier un changement positif intrinsèque et de concevoir un avenir où les éléphants ne sont pas montés, braconnés, surmenés ou maltraités.
 
 

L'AFSA et StandUp4Elephants

Véritable coup de cœur pour l’AFSA, nous avons décidé en 2019 de soutenir SU4E dans leur projet phare : LA MAISON DES ELEPHANTS.

Présent depuis plus de 6 ans dans la région de Chitwan au Népal, SU4E fourni des soins gratuits aux éléphants de la région ainsi qu’un soutien aux mahouts (soigneurs) en consolidant ainsi leurs relations au sein de la communauté. Fin 2018, après de longues recherches, l’association a pu trouver et louer à long terme un terrain répondant à leurs besoins, en bordure du parc national et proche de la rivière. Ont pu ainsi débuter la construction de la Maison des Eléphants ainsi que le logement de mahouts.
Sans être totalement terminée, la Maison des Eléphants est dès à présent fonctionnelle et est prête à accueillir les premiers pensionnaires !


Afin d’aider SU4E à compléter cette infrastructure, l’AFSA (grâce à la participation de ses membres) contribue à la hauteur de 1000 euros :


•         à l’amélioration des enclos (2 râteliers, troncs d'arbres et pneus pour créer une "station de grattage/ jeu" pour les éléphants etc),

      

•         ainsi qu'au financement du système de vidéo-surveillance (4 caméras) afin de contrôler le comportement des éléphants.

       


Plus d'infos :

Page internet : www.su4e.org 
Page facebook : www.facebook.com/StandUp4Elephants/ 
 

Crédits photos : SU4E